L’IMPLANT COCHLEAIRE

L’implant cochléaire est une prothèse partiellement implantable qui transforme les informations sonores en micro impulsions électriques transmises directement au nerf auditif. Il a été développé depuis 1976 par le Professeur Chouard (Hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris).

A la différence d’une prothèse classique qui amplifie les sons, l’implant cochléaire permet une récupération auditive sur toutes les fréquences. En effet, les différentes électrodes (environ une vingtaine) couvrent une large gamme de sons, des plus graves aux plus aigus, qui seront activées, même quand les cellules ciliées de la cochlée sont défaillantes.

L’implant cochléaire est composé de deux parties :

  • la partie interne, mise en place par le chirurgien : elle est composée d’un microprocesseur récepteur stimulateur placé sous la peau, derrière l’oreille, et d’un porte-électrodes,
  • la partie externe, un contour d’oreille qui intègre microphone, microprocesseur et une antenne-aimant.

Parties interne externe

En fonction de la fréquence des signaux électriques, les sons sont traités par le microprocesseur sont répartis sur les différentes électrodes puis transmises par le biais du nerf auditif au cerveau où ils seront interprétés.

 

Les éléments externes comprennent différents éléments :

  • un/des microphones servant à capter le son
  • un processeur vocal qui va traiter le signal perçu pour pouvoir le coder pour le récepteur interne, et dispose d’un écran et/ou de voyants, ainsi que de boutons permettant un choix de programmes.
  • une antenne qui va servir à la transmission du signal codé
  • des piles boutons ou des batteries pour fournir l’énergie nécessaire au fonctionnement du tout
  • des cordons de raccordements pour relier les différentes pièces.

 

Ces équipements peuvent prendre plusieurs formes.

  • Tous les constructeurs proposent un modèle « contour d’oreille » relié à une antenne par un cordon. Dans le contour d’oreille sont contenus tous les éléments ci-dessus, les piles sont des piles boutons et l’interface utilisateur réduite.
  • La place prise par les piles étant encore assez importante, les constructeurs proposent un déport des piles ou batteries dans un boitier spécifique que l’on peut porter accroché à la ceinture ou à un vêtement. Ce boîtier est relié au contour d’oreille par un cordon. Pour les enfants, cette solution présente l’avantage de réduire la taille du contour d’oreille et, dans certains cas, de bénéficier de piles plus grosses garantissant une autonomie de fonctionnement plus importante.
  • Les anciens implants proposaient également un boîtier déporté contenant non seulement les piles mais aussi le processeur, porté en sac à dos où à la ceinture. Cette solution n’est plus proposée par les fabricants mais encore largement utilisée.

 

 

Chales 2013 - 8